Exhibitions

Le Monde des Contes de Fées d’Urs Fischer

La galerie Gagosian à Genève a inauguré sa dernière exposition avec des œuvres de l’artiste suisse Urs Fischer, 46 ans, né à Zurich et qui vit et travaille actuellement à New York. Les œuvres de Fischer sont exposées et collectionnées par les amateurs d’art contemporain les plus connus, dont Peter Brant dans le Connecticut, François Pinault à Venise, Maja Hoffmann à Arles et Tony Salame à Beyrouth, ainsi qu’à l’aéroport de Doha. De plus, son travail fait partie des collections de grandes institutions telles que la Fondation Carmignac à Paris, le FRAC à Marseille, le Kunstmuseum Basel, le Migros Museum fur Gegenwartskunst à Zurich, The Museum of Contemporary Art à Los Angeles et The Museum of Modern Art à New York. Il est une superstar du monde de l’art sur une projection ascendante.

Urs Fischer, Installation View, 2019. © Urs Fischer Photo: Julien Gremaud Courtesy Gagosian

Cette attention est due au fait que le travail d’Urs Fischer est intelligent et subversif tout en étant à la fois ludique et interactif. Il est peut-être mieux connu pour ses sculptures, et un livre récemment publié intitulé «Sculptures 2013-1018» donne l’impulsion à l’exposition de Genève. Fischer a réalisé des travaux allant d’une sculpture en argile de Katy Perry dans laquelle les visiteurs étaient invités à sculpter leur propre «art», à un chalet suisse entièrement fait de miches de pain. Depuis les années 2000, il crée pour la Biennale de Venise des sculptures de bougies en cire, avec son «Viol des femmes Sabines», copie de la sculpture de Giambologna fondant sur un homme ordinaire.

Depuis, la plupart des sculptures de bougies sont des figures du monde de l’art, par exemple Julian Schnabel et Dasha Zhukova, qui sont allumés, brûlés, fondus et coulés pendant toute la durée d’une exposition. En ce moment, dans la galerie Gagosian à Paris, la sculpture «Leo» tant parlée de Fischer représentant l’acteur Leonardo DiCaprio et ses parents brûle jusqu’au 20 décembre. Les pièces représentent des thèmes du passage du temps, du vieillissement, de la mort et de la renaissance à travers la destruction d’une œuvre censée être permanente.

Alors que Leo brûle à Paris, dans la galerie Gagosian à Genève, on retrouve un ensemble d’œuvres entièrement différent, mais qui interroge également sur la définition de l’art. Genève est parfois considérée comme une «bulle», quelque peu séparée du monde réel, et ici, avec le travail de Fischer, nous entrons dans une dimension alternative. Un mélange de peintures lumineuses sur MDF et de petites sculptures de contes de fées nous fait sentir comme si nous étions tombés dans un terrier de lapin, comme Alice au pays des merveilles. Comme dans l’histoire : «Si j’avais un monde à moi, tout serait absurde. Rien ne serait ce qu’il est, parce que tout serait ce qu’il n’est pas. ” A Gagosian, nous entrons dans un monde bizarre de la taille d’une capsule où rien n’est comme il semble ; nous avons mangé le gâteau et nous sommes des géants.

Urs Fischer, Installation View, 2019. © Urs Fischer Photo: Julien Gremaud Courtesy Gagosian

“Broccoli” est une figurine anthropomorphisée du brocoli sur une plaque d’argile crue. L’argile brute rappelle Big Clay 4 avec des dalles géantes d’argile empilées qui ont été présentées au Seagrams Plaza à New York en 2015. Dans ce cas, la dalle d’argile a été réduite à la taille d’un jouet et éparpillée sur le sol de la galerie. Apparemment, Fischer ne voulait pas de petites sculptures sur des socles afin de les rendre plus ludiquement accessibles. Il a déjà utilisé des thèmes anthropomorphes comme dans la galerie Gagosian à New York avec une exposition de chaises de bureau qui roulaient et interagissaient avec les visiteurs. Les chaises avaient des «personnalités» individuelles en fonction de leur taille et de leur couleur.

Trois autres sculptures à petite échelle parsèment le sol, ce qui nous permet de marcher soigneusement. «A – Z» représente les cœur à moitié mangé d’une pomme et d’une poire, qui dialoguent. Délicatement travaillé en bronze coulé avec des détails réalistes, la poire, plus mince, semble être dans une discussion animée avec la pomme trapue. Le titre «A – Z» peut être interprété de plusieurs façons, peut-être comme une référence au cycle de vie des fruits et des humains. «Brocoli» et les deux autres sculptures plus petites mettent en scène des chats qui sont un motif récurrent dans le travail de Fischer, représentant une présence indisciplinée et éphémère qui pourrait participer à une œuvre d’art ou non, mais en tout cas, ne se soucie pas de ce que vous pensez qu’il devrait faire. De cette façon, Fischer joue avec le public et ce que nous pensons que l’art devrait être.

Urs Fischer, Installation View, 2019. © Urs Fischer Photo: Julien Gremaud Courtesy Gagosian

Les six peintures ajoutent une couche d’intérêt, elles reflètent et amplifient ce monde étrange. Généralement abstraits, certains ont un placage de surréalisme Magrittesque. Fischer a créé les peintures sur un téléphone, puis les a transférées sur du MDF enduit de papier. Il a dit : “En travaillant au téléphone, vous peignez essentiellement avec de la lumière … Vous n’avez pas de contraintes matérielles, vous pouvez revenir en arrière et supprimer des choses … vous avez la liberté …” De nombreux autres artistes ont utilisé des iPads ou des téléphones, comme David Hockney dont les peintures iPad ont été présentées à la Royal Academy de Londres en 2012. La simplicité enfantine se combine avec des machines de haute technologie dans ces peintures.

Toutes les pièces sont peintes avec du gesso pour infuser les couleurs de lumière. Dans «Vortex», une spirale tourbillonne dans un trou qui coule et nous entraîne dans une autre dimension. Une explosion des couleurs de l’arc-en-ciel brille sur le papier. «Jump Start» est une pièce d’inspiration psychédélique aux teintes en spirale et aux bords dentelés. «Salle d’attente» équilibre l’abstraction et fait réapparaître le motif du chat. Le chat regarde à travers une porte un paysage sombre tandis que des feuilles surréalistes atteignent les bords. Fischer semble savourer la liberté de la peinture avec la lumière et en la combinant avec une impression informatisée, il peut poser de manière taquine la question, qu’est-ce exactement qu’une peinture et comment la créer?

Urs Fischer, Installation View, 2019. © Urs Fischer Photo: Julien Gremaud Courtesy Gagosian

Une branche d’arbre grandeur nature sur laquelle se perchent une demi-douzaine d’oiseaux aux couleurs pastel se trouve au centre de la galerie. La branche est une fonte de bronze d’une branche qui est tombée en face de l’atelier de Fischer, et «c’est une ancre, une réalité, et elle est au milieu de la pièce». Cette sculpture réaliste contraste avec les autres pièces et nous traîne hors du terrier du lapin, de retour dans le monde réel. Les thèmes de la réalité contre la fantaisie et une attitude ludique envers la définition de ce qu’est l’art sont caractéristiques du travail de Fischer. Bien que manquant peut-être un peu du glamour étoilé du spectacle parisien «Leo», cette exposition, faisant partie de l’histoire générale d’Urs Fischer, est un aperçu fascinant de son monde créatif.

Urs Fischer était à la galerie Gagosian à Genève entre le 11 novembre et le 14 décembre 2019.

Écrit par : Kristen Knupp, traduction en français par Lowri Martinson

Comments